top of page

Elisa Jouannet

Clôturer ou l'art de laisser aller

En cette fin d'année civile, en cette transition scolaire et ce changement saisonnier dans l'hiver profond, l'hiver des grandes plaines enneigées (j'espère), l'accent est porté sur la lenteur et l'arrêt : l'arrêt de l'agitation, de l'hyperactivation, du jour et des projets parfois. Le temps de pauser. Le temps de clôturer pusique dans cet espace-temps ralenti pour pouvons observer ce qui ne fait plus sens pour nous, ce qui a évolué, changé, transmuté pour être renouveler. Le temps sélectionner ce que nous voulons retrouver dans notre écosystème au printemps suivant.


L'hiver, sombre, long, m'a souvent fait peur. La profondeur et le lâcher prise dans le silence. Wow, l'angoisse. L'ordinateur, la nourriture, l'agitation... Tous les remèdes sont bons pour éviter, pour ignorer, pour combler l'appréhension de faire face à ce qui est là : moi. Toutes les parts de moi. Mêmes celles que je préfèrerais ne pas connaître parce que trop différentes des attentes de nos sociétés (cette en colère, celle qui est jalouse, celle qui voudrait manipuler pour être aimée, celle qui veut de l'argent, beaucoup d'argent, celle qui voudrait être importante...) ; et si l'hiver nous invitait à nous envelopper, littéralement dans un plaid tout doux au coin du feu (ou d'une bougie) mais aussi symbolique s'envelopper dans l'espace que nous sommes, dans le rythme que nous suivons, dans la réalité que nous connaissons et celle que nous voulons construire.

Une plongée en Soi, avec Soi, à la rencontre de Soi.

Se prendre par la main et se dire ''Je suis avec toi. Je suis avec toi. Je suis avec toi."


Avec amour

Elisa

Xx




34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page