top of page

Elisa Jouannet

  • Photo du rédacteurElywaby

Nos relations au conflit

Le conflit, ça peut faire peur ou nous enthousiasmer, nous donner une raison d'exister, une sensation d'être en vie et peut-être l'une des rares occasions de sentir quelque chose en fait.

Le conflit dans les familles, ça peut déchirer des unions, laisser des traces, abîmer.

Dans les couples le conflit semble plus toléré, normalisé bien qu'il amène aussi des tourments, des peurs, des angoisses même de la séparation... à moins qu'ile ne soient le prétexte d'arrêter des relations, ou d'appeler à laide.


Le conflit qu'il soit avec les autres ou en nous-même montre une impossibilité d'être disponible pour l'Autre. Pour la complexité, pour la pluralité des avis, des opinions.

Comment trouver suffisamment de sécurité à l'intérieure de nous pour être en relation avec d'autres personnes ou d'autres parties de nous-même ?

Parce qu'en fait c'est de ça qu'il s'agit. La sécurité. L'attachement : la survie.

Si nous enlevons le lien à la mère, à la posture de repère de l'enfant, il risque de ne pas survivre même s'il est nourri et hydraté.

L'Amour est le premier des besoins.

Et il est universel.

Alors lorsque nous nous engelons avec notre partenaire ou que nos ami.e.s ne sont pas d'accord avec nous, l'enjeu est de taille : allons-nous reste fidèle à nos sensations, nos idées, nos limites quitte à perdre la relation ? Ou allons-nous ignorer les signaux de nos corps, nos besoins propres, pour rester en lien avec l'Autre ?

Autrement dit : décidons-nous d'être authentiques quitte à mourir ? Ou nous mettons-nous de côté pour survivre ?


Le choix semble vite fait.


Pourtant, certaines personnes, selon leur histoire et parcours de vie, semblent aussi tester les limites, repousser, titiller voire créer le conflit pour générer des émotions fortes, pour sentir le coeur battre, le risque, l'adrénaline.


Que nous soyons plutôt anxieux.se face au conflit, face à la peur de perdre le lien, ou plutôt évitant, essayant de maintenir la paix à tout prix (même celui de notre vérité intérieure) ou bien encore que nous soyons accro aux décharges électriques que procurent les conflits... prenons un instant pour respirer. Pour autoriser l'honnêteté envers nous-mêmes ET la compassion. Parce que tous ces comportements sont des stratégies : des solutions à des problèmes, des techniques intelligentes et pertinentes de répondre à des besoins primaires : Amour, sécurité, liberté...


Que faire alors ?

  • Apprendre à observer nos réactions lors de conflits

  • Ecrire ce que nous ressentons (ou l'absence de sensation) pendant et après un conflit

  • Echanger avec un.e proche ou un.e thérapeute qui puisse nous accompagner dans la compréhension et l'équilibrage de nos schémas

La sécurité est en nous. Et pour réussir à la goûter, à la sentir, à la vivre, de nombreuses plaies et blessures restent à être pansées. C'est Humain, c'est beau parce que c'est possible de changer <3

Ne restons pas figé.e.s dans nos automatismes, prenons conscience et avançons avec amour et patience vers nous-mêmes


Namasté

Elisa


16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page