top of page

Elisa Jouannet

Yoga en entreprise, bienveillance ou anarque ? (1/2)

D'un open-space bruyant à une salle tamisée aux senteurs d'orient...

D'un couloir d'hôpital surchargé à une chaise confortable et une voix relaxante...

D'une usine bruyante à une pause pour respirer librement...

D'une salle de cours à une bulle de sérénité...

Oui, faire venir un.e professeur.e de Yoga sur son lieu de travail, ça peut faire rêver!

Et pour cause, cet espace-temps peut réellement nous apporter un trait-d'union dans notre journée parfois surchargée, pleine de stimulations et bien fatiguante.

Là, c'est l'occasion pour faire une pause, pour se retirer de l'agitation du monde de l'entreprise pour... "recharger les batteries", "prendre un bol d'air frais", "s'aérer l'esprit" ou encore "avoir un moment à soi au milieu de la journée".


Une part de moi y voit ici tellement de bénéfices pour les employé.es et suis honoré d'avoir déjà pu contribuer à ses sentiments et moments vécus en entreprise.


Une autre part de moi, par contre, tout à la fois, se demande aussi pourquoi le besoin de ralentir, de se ressourcer, de respirer et 'enfin' s'entendre respirer au milieu de la journée de travail est une nécessité...

Ne devrions-nous pas être capables de nous faciliter les tâches afin de respecter nos besoins biologiques?

Est-ce qu'en fait ces interventions en entreprise servent davantage les employeurs que les subordonné.es ? "Se recharger les batteries", oui, mais si c'est pour mieux repartir dans le sens de travailler "encore plus efficacement" après le cours ? Qui en profite alors ? Le Yoga serait-il ici au service d'un productivisme réducteur des libertés et des intégrités de chacun.e ?


Suite dans le prochain article :)




66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page