top of page

Elisa Jouannet

Yoga & addiction

Dans nos sociétés où les émotions sont normées, rejetées, contrôlées sous couvert de cours de méditation au travail pour oublier les conditions pénibles et être plus productifs... quoi de mieux plus normal que de trouver une source de réconfort aux sensations difficiles (du corps comme du mental) ?


Oui, l'addiction est une réponse normale à une société inhumaine.


Souvent très mal perçue, l'addiction est considérée comme une maladie, une déviance, une pathologie nécessitant des soins médicamenteux pour solutionner le problème.

La honte s'ajoute. La peur s'accumule. L'isolement se renforce.

Au lieu de se remettre en question en profondeur, le système préfère rendre l'individu hyper-responsable de ses stratégies, de ses choix, le considérant comme maître de ses décisions, sous-entendu, de mauvaises décisions.


Hors, l'addiction est une stratégie nécessaire pour pallier aux sensations et émotions impossibles de ressentir.

L'addiction est la solution à un problème, elle n'est pas le problème.

Le problème est plus systémique, complexe et difficile à changer, alors que mettre des personnes sous traitement et les sortir de la norme est plus rapide, plus simple.

Je peux le comprendre, presque 8 milliards d'individus, comment "gérer" tout le monde?


L'addiction est une séparation interne qui nous permet d'annihiler, de calmer voire de supprimer des sensations/émotions lorsque nous manquons de ressources pour les accueillir et les processer.

Et c'est justement là que le yoga intervient.

Parce qu'il permet de créer un espace dans lequel nous pouvons observer les schémas répétitifs, les tendances spontanées et habituelles du corps/soma/de nos pensées,

le yoga est un ensemble d'outils qui favorise la présence à soi, la reconnexion à ses ressentis, petit à petit, et à la régulation/l'apaisement de sons système nerveux.

Cultiver des techniques, de la souplesse mentale/nerveuse pour laisser les désirs, envies, pulsions, pensées, sensations circuler et bouger pour terminer le cycle d'énergie/hormonal que ces mêmes sensations/envies/pulsions/pensées amènent.


Le yoga peut permettre à des personnes addictes (aux réseaux sociaux, nourriture, pornographie, drogues, alcool, relations interpersonnelles...) de VOIR, d'avoir conscience de ses addictions et de trouver des moyens de réparer, consoler, prendre soin des blessures qui en sont à l'origine.


Vérifiez bien les formations des professeur.es avec qui vous voulez pratiquer pour vous assurer qu'iels sont à même à accueillir vos questions, à vous offrir un espace où ce qui est présent en vous (confortable ou non) peut être vu et accueilli.

Aussi, la modalité thérapeutique de la Somatic Experiencing est, à mes yeux, extrêmement efficace pour aller justement rencontrer nos traumas/blessures et en prendre soin dans un espace individuel, hors des salles de yoga.


Chaleureusement

Elisa



4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page